Lotus Noir Index du Forum
Lotus Noir

 
Lotus Noir Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse ::
Aller à la page: <  1, 2, 317, 18, 19, 20, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Lotus Noir Index du Forum -> Externe -> Flood
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
KRAP
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Oct - 13:21 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

PAS LOIN D'LA BOITE A MAG' COCHONS SOUS TON LIT ?
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Oct - 13:21 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Cyborg
Membre du Lotus Noir
Membre du Lotus Noir

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2008
Messages: 1 499
Localisation: Suisse
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mer 29 Oct - 00:37 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

UP

J'AI TROUVÉ : LA BOÎTE DE MAG'S COCHON SOUS MON LIT... MAIS PAS DE CD DEDANT

REMARQUÉ JE ME SOUVENAIS PLUS DE TOUTES CELLE BELLES ILLUSTRATIONS
 

_________________


Revenir en haut
MSN
Cyborg
Membre du Lotus Noir
Membre du Lotus Noir

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2008
Messages: 1 499
Localisation: Suisse
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mer 29 Oct - 00:47 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

NIAK NIAK NIAK

DITES PAS QUE JE SUIS UN BOULET

TECHNO ENERGIE LVL 12 : 6JOURS 4HEURES 56MINUTES 43SECONDES

 

_________________


Revenir en haut
MSN
Sekundes
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Oct - 02:08 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

Oo

techno energie lvl 12 : 2j 6h 36m 48s

et cette fois j'ai le screen !!!! 
Revenir en haut
KRAP
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Oct - 13:21 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

Ouais Ouais Bin Moi pareil !  
 
 
Mais Les 6J nesséssaire C'est pour le Lvl 13 ! 
Revenir en haut
Sekundes
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Oct - 14:50 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

bah non heu
 

je vient de finir lvl 12
et lvl 13 c'est : 4j 13h 13m 36s 
Revenir en haut
Cyborg
Membre du Lotus Noir
Membre du Lotus Noir

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2008
Messages: 1 499
Localisation: Suisse
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Jeu 30 Oct - 10:16 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

MAIS ON S'EN FOUT DU LVL 13 POUR LE MOMENT, MOI JE VEUX DES TERRA  

_________________


Revenir en haut
MSN
KRAP
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 30 Oct - 13:04 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

TERRA LVL 2 & TERRA LVL 3 RESPECTIVEMENT SUR MA PM & MA GRAVITON !

Technologie Energie (Niveau 12 )
Maîtriser les différents types d'énergie est nécessaire pour de nombreuses technologies.
Ressources nécessaires : Cristal: 3.276.800 Deutérium: 1.638.400
Durée de construction : 6j 4h 56m 43s

6J pour Up pour Le LVL 13


@ Sek': T'as Quoi comme lvl:
- Réseau de Recherche Intergalactique ?
- Laboratoire de recherches ( PM ) ?
Revenir en haut
KRAP
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 1 Nov - 17:25 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

HEY !

J'AI ENVIE DE PARTAGER QUELQUE CHOSE AVEC VOUS.




KRAP a écrit:
TERRA LVL 2 & TERRA LVL 3 RESPECTIVEMENT SUR MA PM & MA GRAVITON !

Technologie Energie (Niveau 12 )
Maîtriser les différents types d'énergie est nécessaire pour de nombreuses technologies.
Ressources nécessaires : Cristal: 3.276.800 Deutérium: 1.638.400
Durée de construction : 6j 4h 56m 43s

6J pour Up pour Le LVL 13


@ Sek': T'as Quoi comme lvl:
- Réseau de Recherche Intergalactique ?
- Laboratoire de recherches ( PM ) ?


Revenir en haut
KRAP
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 1 Nov - 17:28 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

C'EST MON 500e MESSAGE DE FLOODEUR !

HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA

!




BREF.



" Mais Quel Gros Floodeur a la ***** *********, Ce KRAP. "
Revenir en haut
KRAP
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 1 Nov - 17:58 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

CLIQUEZ MOI !















KRAP a écrit:


HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA

!




BREF.



" Mais Quel Gros Floodeur a la ***** *********, Ce KRAP. "

Revenir en haut
KRAP
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 1 Nov - 18:54 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

" Le flood (/flʌd/) ou flooding est, en informatique, une action généralement malveillante qui consiste à envoyer une grande quantité de données inutiles dans un réseau, afin de le rendre inutilisable, par exemple en saturant sa bande passante ou en provoquant le plantage des machines du réseau. C'est une forme de déni de service.

« flood » est un anglicisme désignant une inondation, imageant ainsi le flux de données ininterrompu et excessif transitant sur le réseau, provoquant alors des dégâts. Il a donné un verbe, « flooder », et la personne qui floode est un floodeur.

Sur Usenet, IRC ou des chats, le flood consiste à envoyer de nombreux messages sur un groupe ou un canal de discussion sur une courte période de temps, ce qui rend la lecture très difficile, voire impossible, pour les autres participants.

Cette technique peut aussi être utilisée contre un serveur Internet, en envoyant un grand nombre de requêtes pour provoquer un trafic important. Le service est alors dégradé pour les autres utilisateurs, dans les cas extrêmes le serveur peut aussi interrompre totalement le service sous l'effet de la charge du flood.

Par extension, on utilise aussi le terme flood pour désigner une quantité importante de messages, souvent inutiles, envoyés par une même personne sur une liste de diffusion ou un forum sur Internet. On parle plutôt de troll quand ces messages sont délibérément polémiques, et de flood quand les messages sont répétitifs ou dépourvus de sens.

Certaines actions malveillantes consistent à automatiser et distribuer le flood de façon à en accentuer et en prolonger l'effet nuisible sur une cible particulière. "





Désolé, C'était Plus Fort Que Moi.
Bon Jvai Voir le Nouveau 007 au Ciné !
Revenir en haut
Erekose
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 2 Nov - 12:38 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

pfff... mais quel
« Con » est une insulte utilisée en français qui est destinée à identifier une personne comme étant stupide, naïve ou désagréable, de même que ses dérivés « connard » et « connasse ». Con a aussi un emploi impersonnel, souvent dépréciatif. Le mot « connerie » est formé sur le mot « con ». « Con » est un mot français vulgaire qui désigne à l’origine le sexe de la femme.


Étymologie

Étymologie latine

Con provient de l’étymon latin cunnus (vulve)[1]. Au Moyen Âge, les diminutifs connil et connin (latin cuniculus) désignaient le lapin ainsi que les conduits et tuyaux[2], pour être remplacé par le nom actuel de l’animal (de laperau) vers le Modèle:XV e siècle en raison de l’usage persistant de l’acception vulgaire de con et connin[3], attestée dès le XIIe siècle dans le Roman de Renart[1]. Le nom de l'animal a été conservé dans de nombreuses langues romanes : conejo en castillan, coniglio en italien, conill en catalan, coelho en portugais, konijn en néerlandais. Il a d’ailleurs été emprunté par l'anglais — ainsi qu’une partie importante des langues germaniques — via l'ancien français : coney, d’usage courant jusqu’au XIXe siècle[4]. En castillan, l’étymon cunnus a produit coño qui est l'équivalent de notre con moderne, en toutefois moins vulgaire[5] ; coney ou cony possède aujourd'hui cette acception en sus du sens animalier[4]. Le portugais conho est un faux cognat ; dérivé cuneus, il n'a pas cette signification[6].

Vers le XIXe siècle le vocable français prend un sens figuré injurieux et se met en place une construction adjectivale. L'emploi était alors misogyne, exploitant l'impuissance et la passivité du sexe féminin de l’imaginaire collectif. Aujourd'hui, l’absence fréquente d’accord en position d’attribut ou d’apposition (par exemple Elle est con.) rappelle l'origine nominale de l'expression, sans qu'il soit toutefois fait référence consciente à la vulve[1]. L'ancienne acception physiologique est aujourd'hui en voie d'obsolescence.

Lien avec leurs équivalents germaniques

La parenté indo-européenne avec kut (néerlandais) et cunt (anglais) n'est pas établie[7].

Cunnus provient en effet en proto-indo-européen soit de *kust- (intestin, rein, vessie)[8], soit de *skerǝ- (couper)[9],[10], soit de * (s)keu- (cacher)[11]. Les origines possibles de l’étymon germanique *kunton donnant cunt sont : *gwneH2/guneH2 (femme, cf. gynécologie, queen) soit *gen/gon (créer, devenir, cf. génétique, gamète) ou bien *geu- (creux, cavité)[8],[9] d'après la loi de Grimm. Toutefois certains relient le *kunton au latin cuneus (coin), un cognat possible de cunnus/con[9].

Mots dérivés

Le dérivé déconner avait jusqu'à la fin du XIXe siècle le sens premier de se retirer[12], sens qu'il a complètement perdu aujourd’hui. Son contraire enconner, signifiant pénétrer, composé sur le même mode qu'enculer, est aujourd’hui pratiquement désuet et réservé à la littérature érotique.

Connard est formé par suffixation avec l’affixe péjoratif -ard mais il est possible que le mot ait été influencé par cornard ; il n'a, lui, qu'un sens uniquement figuré. Connasse, en revanche, désignait au départ et jusqu'au XXe siècle une prostituée de bas étage ou inexperte. Son sens figuré de femme sotte est attesté dès le XIXe siècle[13]. Conneau et ses variantes graphiques connaud et connot, synonymes de connard, sont devenus obsolètes au cours du XXe siècle.

Les autres dérivés modernes, utilisés dans le sens figuré uniquement sont : déconnage et déconne pour l'action de débiter ou faire des sottises, déconneur pour celui qui aime à les dire ou à les faire, connement en tant qu'adverbe et connerie pour chose stupide ou sans intérêt.

Les patronymes « Conne », « Connard », « Connart » et variantes n'ont aucun rapport étymologique avec le mot « con » : en Europe continentale, ils proviennent du germanique con(hardt) signifiant « brave et dur » (à rapprocher du néerlandais koen, « courageux » et de l'anglais hard, « dur »)[14],[15]. Chez les personnes d’origine irlandaise, Connard et Connart sont des dérivés de Connacht[15].

Un mot tabou ?

Jusqu'aux débuts du XXe siècle le mot avait une connotation particulièrement vulgaire en particulier dans son acception physiologique ; il n’était employé dans des écrits publics que pour mieux enfoncer : « Ces mégères révolutionnaires, qui pissent à con béant sur les cadavres des gens qu’elles ont égorgés[16] ». La bassesse du vocable est toutefois déplorée par Jules Michelet qui indique :

« C'est une impiété inepte d’avoir fait du mot con un terme bas, une injure. Le mépris de la faiblesse ? Mais nous sommes si heureux qu’elles soient faibles. C’est non seulement le propagateur de la nature, mais le conciliateur, le vrai fond de la vie sociale pour l’homme. »
— Journal, 1887, Jules Michelet

En 1928, Louis Aragon dut faire publier clandestinement Le Con d’Irène, un roman érotique, pour s'éviter les foudres de la censure. Ce n'est qu’en 1968 que Régine Deforges le republie sous le titre édulcoré Irène ; le livre est tout de même saisi pour son contenu érotique[17],[18].

Dans son sens figuré, le mot se voit de plus en plus employé après la Seconde Guerre mondiale et apparaît dans des œuvres de nombreux écrivains comme Louis-Ferdinand Céline, Louis Aragon,Raymond Queneau et même Jean-Paul Sartre (Les cons!, fait-il dire à Daladier à la fin du Sursis). Toutefois, le « Où que tu ailles, tu te feras piquer, eh con ! » lancé par le préfet de la Sarthe Jacques Gandouin à un preneur d’otages lui valut une suspension de la part du ministre de l'Intérieur Michel Poniatowski pour « attitude non conforme à celle que l’on attend d’un haut fonctionnaire[19] » : preuve que le substantif n’était pas encore bien accepté en 1975.

Aujourd'hui le mot peut être employé par un homme politique sans que cela fasse scandale — pourvu qu’il ne soit pas utilisé de manière insultante : l'ancien Premier ministre français, Dominique de Villepin pourra dire en mars 2006 « Ils vont s’apercevoir que je suis assez con pour aller jusqu’au bout. » au sujet de la crise du contrat première embauche[20] sans que le vocabulaire utilisé ne gêne le moins du monde.

Par contre, en février 2008, le président Nicolas Sarkozy a choqué, lors du Salon de l'agriculture, en employant ce même mot en public. Alors qu'il tendait la main à un visiteur du Salon, celui-ci refusa en disant : « Ah non, touche-moi pas, tu me salis », et le président répliqua vivement : « Casse-toi alors pauvre con ». La scène qui a été filmée à son insu fit l'objet d'un phénomène internet.

Usage contemporain et littéraire

Le personnage du con

« On est toujours le con de quelqu'un. »
— Expression populaire.

Le mot jouit d'une grande popularité. Le personnage du con, celui que l’on moque et dont on veut se différencier, est omniprésent dans la littérature, la chanson ou la culture populaire françaises.

On se souvient du méprisant « J'aime voir de mon balcon passer les cons » (Le Pornographe du phonographe), du descriptif « Quand on est con, on est con » (refrain du Temps ne fait rien à l’affaire) ou du répétitif « Avec mon bouquet de fleur/mon pistolet/etc. j’avais l'air d’un con, ma mère » (Marinette) de Georges Brassens. Le film Le Dîner de cons de Francis Veber, avec Thierry Lhermitte et Jacques Villeret, dépeint le personnage du con, dans le sens idiot, celui que l’on invite pour s'en gausser. L'expression roi des cons amplifie le sens du mot, elle est mise en musique par Georges Brassens dans Le Roi ; Renaud au contraire prétend qu'en cas d'abdication du roi des cons, « Il y aurait cinquante millions de prétendants » (c’est-à-dire tous les Français) dans Hexagone.

Une tradition estudiantine légendaire de l'École normale supérieure est de désigner le cuisinier ou l'intendant responsable d'une nourriture particulièrement exécrable de « Quel khon ». Il s'agit d'une cérémonie organisée au réfectoire par le cacique général (1er reçu au concours d'entrée de lettres classiques) :

« Marjaurie, qui avait la voix ronde et chaude, énonça d'abord, amplement :
— Messieurs, un Quel Khon au Pot !
Puis :
— Un, deux, trois. Alors, les deux syllabes rituelles, proférées par les cent cinquante jeunes hommes, chacune des deux avec la même force, et sur un rythme aussi lent qu'un pas de parade, « Quel... Khon ! » formèrent deux hurlements successifs ou plutôt deux énormes coups de gong, que continua un fracas de grosses assiettes de bistrot jetées à toute volée contre le sol ; bruit si nourri et si prolongé que même ceux qui avaient crié le plus fort se demandaient avec un rien d'anxiété combien durerait le délire de leur propre multitude. »
— Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, livre 3, chapitre 3

Le con est aussi le ressortissant d'un pays étranger que l'on raille dans les blagues à caractère raciste ou xénophobe : en France, les blagues belges visent les voisins wallons, en Amérique latine, les Galiciens (les Espagnols par synecdoque) sont vus comme des cons (pendejos).

Jeux sur la polysémie

Certains ont utilisé à des fins poétiques la polysémie du mot, comme Georges Brassens dans son Blason. Il déclare déplorer la bassesse avec laquelle ses contemporains désignent « cet incomparable instrument de bonheur » :

Mais le pire de tous est un petit vocable
De trois lettres pas plus, familier, coutumier
[…]
Honte à celui-là qui, par dépit, par gageure,
Dota du même terme en son fiel venimeux
Ce grand ami de l’homme et la cinglante injure
Celui-là, c’est probable, en était un fameux.
[…]
La male peste soit de cette homonymie !
C'est injuste, Madame, et c'est désobligeant
Que ce morceau de roi de votre anatomie
Porte le même nom qu'une foule de gens.

Pierre Perret n’est pas en reste avec Celui d’Alice (1974) :

Si je me réfère
À mon dictionnaire
Il est temps de faire
La définition
De ce mot espiègle
Qui échappe à la règle
Plus noble qu’un aigle
Dans sa condition
Ce mot vous le dites
Censeurs hypocrites
Établissez vite
Son vrai sens profond
Car si on l’ausculte
Au lieu d’une insulte
On peut faire un culte
Du joli mot con

Usage politique et militaire

L'exemple le plus célèbre d'utilisation du mot par un homme politique, même s'il peut s'agir d'une citation apocryphe, est celui d'Édouard Daladier après les accords de Munich, qui voyant la foule l'applaudir, dit entre ses dents « Les cons[21] ».

« Mort aux cons ! » est un slogan du jargon militaire utilisé pour stigmatiser l’ennemi. En 1944, le capitaine Raymond Dronne des Forces françaises libres (9e compagnie de combat du Régiment de marche du Tchad puis 2e division blindée) baptise sa jeep « mort aux cons[22] », expression à laquelle de Gaulle aurait répondu « Vaste programme, Messieurs. Vaste programme[23]. »

Aujourd’hui, le slogan est fréquemment utilisé par les milieux d'extrême gauche ou alternatifs pour désigner l'ennemi à abattre. Par exemple, un collectif de graffiteurs se fait appeler MAC, acronyme de « Mort aux cons ». Le chanteur Renaud chante la vie d'un personnage anarchiste dans ces termes : « N'empêche que Mort aux cons dans la cage d’escalier, c'est moi qui l’ai marqué, c’est vous dire si j'ai raison ! » (Dans mon HLM). Interpellé lors d’un meeting en 1968, de Gaulle aurait répliqué : « Vaste programme, en effet ! ». À cette époque, le con du gauchiste était celui qui rentrait dans le cadre du système : « Élections, piège à cons ». L'ennemi peut être de l’autre côté de l'échiquier : le directeur de publication du site internet des Jeunesses identitaires (affiliées au Bloc identitaire) est passé en jugement pour diffamation dont certains termes étaient « Vieux con de gauche, ça se soigne, docteur[24] ? ». En 1979, suite à un article de Michel Droit dans Le Figaro dénonçant la version reggae de la Marseillaise composée par Serge Gainsbourg (Aux armes et cætera), celui-ci fit circuler un mot qui passa à la postérité : « On a pas le con d'être aussi Droit[25] ».

Usages régionaux et expressions

Dans le Sud de la France, en particulier à Toulouse où il se prononce cõ ͊ŋ, con ou son dérivé bouducon est utilisé de manière impersonnelle comme interjection. Il est utilisé fréquemment dans le registre familier en début ou fin de phrase, à l'instar de putain ou putain con. On résume souvent : « Putain, con, c'est la ponctuation[26]. ».

À Marseille, l'interpellation « Oh ! Con ! » est utilisé de manière non injurieuse entre amis ou collègues. Certaines expressions composées avec con, comme les plus connues Le con de ta/sa mère !, Le con de ta/sa race ! et Le con de Manon (ou Le con de Madon), peuvent s'y employer de manière exclamative, en l'absence de personne à injurier[27]. (Bien sûr certaines d'entre elles conservent un emploi injurieux, comme les deux premières précédemment citées [réf. nécessaire]). On remarquera le parallélisme avec les expressions du genre enculé de ta race ou de ta mère dans lequel la race ou la mère sont des compléments sans signification réelle, uniquement destinés à renforcer l'expression.

Dans son sens figuré, le vocable a perdu une grande partie de sa force, dans le registre familier du moins. Aussi un grand nombre d'expressions le renforcent-elles par le biais d'une comparaison avec un objet, un animal ou une situation symbolisant la bêtise : con comme un balai, con comme la lune, con comme ses pieds, con comme un comptoir sans verre, con comme un bol, con comme un jeune chien, con comme un piston, con comme une valise sans poignée (expression chère à Jacques Chirac)[28]. À cette fin, il est souvent affublé d’un adjectif : gros con, sale con, petit con, pauvre con ou vieux con.


(je dec hein ^^)
Revenir en haut
KRAP
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 2 Nov - 17:40 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

JE NE SUIS PAS UNE VULVE ! xD
Revenir en haut
Erekose
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 3 Nov - 13:47 (2008)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse Répondre en citant

mais y a pas de honte à ça voyons Rolling Eyes
*assume ta condition Mr. Green *
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:47 (2017)    Sujet du message: Le Café des floodeur de 1ere et 2nd clâââsse

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Lotus Noir Index du Forum -> Externe -> Flood Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 317, 18, 19, 20, 21, 22  >
Page 18 sur 22

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com